Traduction fr

Plantation des rosiers

Retour à la page d'accueil.

Plantation des rosiers

 

Le sol


D'une manière générale optez pour une exposition avec 4à 6 H de soleil par jour, aérée mais à l'abri des vents violents qui abîme fleurs et feuillage.Trop d'ombre limite la floraison et le manque d'air favorise les maladies .Pensez que les rosiers arbustifs à l'état adulte vont demander beaucoup de place et que les certains rosiers lianes peuvent atteindre 12-15m.


Les différents sols


Les rosiers s'adaptent à une large gamme  de sols mais :
*en cas de terre trés acide il est nécéssaire de chauler avant la plantation à raison de 30-50gr de chaux par plante.
*en cas de terre trop calcaire il faut faire un trou plus grand (80 x80x 80 cm) , le remplir de bonne terre  et y mélanger 300-400gr de fleur de soufre/m2 * si votre terrain est trés humide , la première chose est de bien le drainer.
Dans la majorité des cas prévoyez de faire un trou de 50cm x 50cm x 50cm ,au fond mettez un peu de mélange fait avec votre terre additionnée de matière organique(lombricompost, fumier décomposé,compost), d'un peu de sable grossier de rivière (si votre terre est lourde) ou d'un 
peu d'argile (si votre terre est sablonneuse).


Comment planter

Placez le rosier ,dont vous aurez préalablement un  peu retaillé les racines, ( vous pouvez aussi pratiquer un pralinage en trempant les racines dans un mélange d'eau et de terre) en étalant celles-ci, puis remplissez le trou de mélange, tassez-le de façon à garder le point de greffe juste- audessus du niveau de la terre. Arrosez généreusement pour que la terre du mélange  adhère bien aux racines.


En région froide

En cas de froid intense et durable,protégez le point de greffe et les premiers 15 cm des tiges,avec de la terre, des feuilles etc.... mais il ne faudra pas oublier d'enlever cette protection à la fin de l'hiver.

Si vous plantez un rosier grimpant prés d'un mur faites le trou au moins à 35cm de celui -ci, le sol étant le plus souvent sec et pauvre et si il est exposé plein sud n'oubliez pas que les supports doivent être- écartés de 10-15 cm du mur pour évitez de brûler les tiges et les fleurs.
Pour la plantation d'un rosier tige ou pleureur,installez avant la plantation de grands tuteurs rigides enfoncés au moins de 30cm en terre et dépassant de quelques cms le point de la greffe supérieure, pour éviter que la tête ne casse en cas de gros coup de vent. Il faudra aussi mettre plusieurs liens ,pas trop) serrés, au niveau des points de greffe pour tenir le rosier et le tuteur ensembles.
Lorsque vous plantez des rosiers en massif  il faut prévoir 50 cm en chaque plante
* en ligne il vaut mieux les mettre sur 2 lignes, en léger décalé
* 3 rosiers en triangle
* 5 en carré avec une plante au centre
etc....

 

  Les arrosages

Si vous voulez avoir des floraisons échelonnées durant l'été, il est important de bien
les arroser.
Dans des sols lourds (argileux),il vaut mieux arroser copieusement une fois tous les 15 jours plutôt qu'un peu tous les jours, l'eau pourra ainsi descendre jusqu'aux racines profondes.
Dans les sols légers (sableux) il faudra arroser plus régulièrement,l'eau passant plus rapidement.
Arrosez de préference au pied de la plante .

Attention

En cas de fortes chaleurs, malgré vos efforts, les rosiers peuvent  stopper leur végétation pour moins souffrir. D'eux mêmes , ils repartiront dés le temps sera moins chaud .
 

  L'entretien

Sauf pour certains rosiers botanique et quelques cultivars anciens, la plupart des rosiers sont gréffés sur un rosier botanique, appelé porte-greffe.
Lors de la culture dans votre jardin il arrive que certains de ces porte-greffe produisent, plus ou moins, de tiges naissant en dessous du point de greffe, ou même sur les racines. Dans ce cas on parle souvent de "gourmands" mais en réalité ce sont des drageons ou sauvageons qu'il faut supprimer au plus prés de leur point de départ, car ils sont très vigoureux et peuvent faire déperrir le cultivar.
Le "gourmand' au sens propre est le plus souvent la première nouvelle  forte tige qui apparait aprés la plantation , qui est produite par le cultivar mais est trés grosse et vigoureuse et parfois un peu différente du reste de la plante. Il faut la garder précieusement mais il est bon de la pincer au dessus d'une feuille à 5 folioles (pour les rosiers modernes) et  lui garder à peu près la même longueur que les autres tiges.

 

  Nourrir les rosiers

Vous avez préparé votre terrain avant la plantation mais il faudra tous les ans au printemps leur apporter de l'engrais pour favoriser la croissance . Cela se fait avant que les racines ne se remettent en activité. Si vous avez la chance d'avoir un sol riche , vous pourrez vous contentez de cet apport printanier; beaucoup de terrains sont plutôt pauvres et aprés la première floraison et il faudra faire un second apport soit pour donner de nouvelles tiges soit pour permettre de belles remontées de fleurs. Vous pourrez utiliser alors un engrais favorisant la maturité des tissus tout en assurant une végétation normale , plus riche en potassium et contenant du fer ,surtout pour les sols calcaires, et du magnésium ,qui en trop faible quantité parfois .
Si vous utilisez de l'engrais Bio, vous pourrez faire un mélange avec des algues, ou du fumier pour la partie organique, et de la cendre de bois pour la potasse. 

  Paillis

Pailler le sol est une bonne chose pour se faciliter l'entretien et le déherbage.
Beaucoup de paillis existent: tourbe blonde, écorce de pin ou de feuillus, coques de cacao.
Si vous souhaitez utiliser la tonte du gazon, il est préférable de la laisser composter et non de l'utiliser fraîche.Dans ce cas, compte-tenu de la teneur en azote vous risquez une croissance importante de la plante ce qui entraine moins des fleurs ainsi  qu'une fragilisation au niveau des maladies.
N'oubliez pas que vous pouvez aussi mettre au pied des rosiers des plantescouvre-sol (plantes vivaces, rosiers ou arbustes).
Voir quelques idées d'associations.



  Maladies et ravageurs 
Beaucoup de rosiers botaniques ou de cultivars très anciens paraissent plus résistants aux maladies, mais pour une part, les plantes arrivées jusqu'à nous font partie des plus résistantes, d'autre  part certaines vivent trés bien avec leur oïdium (comme certains lianes).
D'une manière générale ou bien vous choisissez de ne pas traiter et les maladies pourront être différentes d'une année sur l'autre ou selon les région et les climats ou bien vous prenez l'habitude de traiter (chimique ou Bio), mais dans ce cas-la vous n'attendrez jamais qu'une maladie soit installée pour traiter. Vous pouvez aussi essayer de planter de la ciboule de Chine ou de l'ail d'ornement 

         Le marsonia ou maladie des tâches noires   

                             
 Il peut peut entraîner la perte totale de feuilleset arrive en cas de chaleur et de forte humidité celles-ci doivent être ramasées et brûlées pour éviter une sur-contamination.
Il vaut toujours mieux faire des traitements avec des fongicides, en préventif qu'en curatif.
Il est toujours trés utile en sortie d'hiver de nettoyer la plante et le sol avec un produit à base de cuivre, ou de pulvériser une bouillie à base de prêle.

           L'oïdium

               

 apparait , avec  un temps chaud et sec et des nuits et fraîches et humides, sur les jeunes pousses ou sur les pédoncules floraux.Là aussi le préventif vaut mieux que le curatif,traitez avec du soufre micronisé.
Attention un excés d'azote est souvent à l'origine de cette maladie surtout aprés les apports d'engrais du milieu de l'été il arrive aussi souvent d'avoir de l'oïdium aprés une période sécheresse à estivale, pour l'éviter il suffit de faire de bons arrosage durant l'été.

         Le mildiou

                 

 Il est  favorisé lors des alternances de périodes chaudes et pluvieuses.
En début de saison pulvérisez de la bouillie bordelaise.

       La rouille


                       

Elle se manifeste le plus souvent au printemps par temps chaud et humide sous forme de petites   pustules orange au revers des feulles les plus âgées.
 Comme pour les tâches noires, il faut ramasser et brûler les feuilles atteintes et traiter avec le même fongicide que celui des tâches noires,ou avec un purin de prêle.


     La carence en fer



Elle est celle que l'on rencontre le plus souvent,  dans les de sols calcaires ;
les nervures restent bien vertes alors que reste de la feuille jaunît.


Autres

On peut aussi rencontrer des carences en zinc ou en manganèse.
Les rosiers ne supportent pas les excés d'eau qui asphyxient les racines dans les sols trop compacts .

Il faut pour éviter cela au moment de la plantation incorporer du sable grossier à votre mélange terreux.
Attention aussi aux excés d'engrais qui brûlent les fines radicelles, le seul remède, arroser abondamment pour diluer les sels minéraux.


Les ravageurs

Le ravageur le plus connu est le puceron vert qui vit en colonie, sur les jeunes pousses


ou les pédoncules floraux.Leur apparition est aussi favorisée par un excés d'azote.
Le plus souvent on doit utiliser un insecticide mais vous pouvez aussi faire un  purin de tabac ou d'ortie ou pulvériser de l'eau savoneuse, comme le faisait nos grands mères.
Vous pouvez aussi planter des capucines près de vos rosiers qui attireront les pucerons.
Les plantes aromatiques, elles, peuvent les éloigner, comme lavande, hysope ou thym.

Les araigées rouges sont aprés les pucerons les ravageurs les plus importants.
Elles sont minuscules et apparaissent lors des étés chauds et secs,au revers des feuilles, formant comme un "voile" sur la plante. Pour les éviter,il faut bassiner fréquement les plantes.
Les punaises, les cétoines et les limaces peuvent aussi poser des problèmes.